Sélectionner une page

Intelligence artificielle

Aqemia a annoncé le 19 octobre dernier avoir levé 30 Ms € lors d’un tour de table de série A copiloté par Eurazeo et Bpifrance via son fonds Large Venture, avec la participation d’Elaia, son investisseur historique. La deeptech, spécialisée dans la découverte de molécules candidates médicaments, pourra grâce à ce financement, développer sa plateforme exclusive de découverte de médicaments et son portefeuille d’actifs thérapeutiques mais aussi recruter.

Aqemia est une spin off de l’ESN-PSL. Maximilien Levesque, son cofondateur, après des post-doctorats en physique statistique et mécanique des fluides au sein de l’ENS Paris et des universités de Cambridge et d’Oxford, a travaillé en tant que chercheur CNRS au sein de l’ENS. Il a développé un algorithme statistique inspiré de la mécanique quantique qui pouvait avoir des applications dans la recherche des médicaments et a concentré les travaux de son groupe sur la conception de médicaments.

Il s’associe à Emmanuelle Martiano, une ingénieure conseil en stratégie au Boston Consulting Group ayant travaillé pour des industriels pharmaceutiques et software BtoB et tous deux créent Aqemia en juin 2019.

Une technologie innovante

La technologie développée par la deep tech permet de découvrir des molécules thérapeutiques candidates, sans recourir à des données d’entraînement comme les autres startups d’IA. Ses algorithmes de mécanique statistique inspirés du quantique, qui alimentent une IA générative, prédisent rapidement et précisément l’affinité entre une molécule et une cible, et donc son efficacité potentielle sur une maladie.

Emmanuelle Martiano, cofondatrice et directrice de l’exploitation d’Aqemia, explique :

« Le rythme sans précédent – 10 000 fois plus rapide tout en maintenant les coûts – et la précision de nos algorithmes de physique profonde, ajoutés à notre IA générative, créent une combinaison unique qui permet de générer de nouveaux candidats médicaments innovants plus rapidement et d’adapter les projets de découverte de médicaments en tant que projets technologiques ».

De grandes sociétés pharmaceutiques ont été intéressées par la solution d’Aqemia : Sanofi, lui a apporté son soutien financier fin 2020 dans le cadre de recherches de traitement efficace contre le Covid-19. Les deux entreprises ont d’ailleurs annoncé en juin dernier une nouvelle collaboration visant la conception et la découverte de nouvelles molécules dans plusieurs projets en oncologie. La start-up a également signé un partenariat avec le groupe Servier en décembre 2021 dans le domaine de l’immuno-oncologie.

Un nouvel investissement de 30 Ms€

Agemia avait levé 1,6 M€ en 2019 auprès d’Elaia, la BPI et de business angels, Ce nouvel investissement va lui permettre d’optimiser et d’accélérer les projets de découverte précoce de médicaments à grande échelle afin de découvrir des dizaines de nouveaux candidats médicaments propriétaires, en mettant d’abord l’accent sur l’oncologie et l’immuno-oncologie.

Ces candidats alimenteront un pipeline thérapeutique diversifié à travers une variété de cibles et d’indications qu’Aqemia a l’intention de faire progresser dans les essais cliniques seul par le biais d’une constellation de spin-offs Biotech ou avec des partenaires.

Maximilien Levesque commente :

« Après des succès répétés dans la génération très efficace de nouvelles matières chimiques innovantes en collaboration avec de grandes sociétés pharmaceutiques du monde entier, nous sommes maintenant ravis de tirer parti de cette levée de fonds pour accélérer la réalisation de la mission d’Aqemia : construire un pipeline massif de projets de découverte de médicaments en propriété exclusive. »

Aqemia, dont l’équipe compte à présent une cinquantaine de collaborateurs, va continuer à recruter pour relever ses prochains défis en matière de technologie et de découverte de médicaments.

Antoine Zins, Directeur d’Investissement chez Eurazeo, conclut :

« Je crois fermement qu’Aqemia a un pouvoir inégalé pour changer le paradigme de la découverte de médicaments. Ils ont non seulement résolu le paradoxe des données manquantes dans le processus de découverte avec la physique profonde et l’IA, mais ils peuvent également générer des prospects à un rythme plus rapide que n’importe quelle plate-forme de découverte avant eux. Nous sommes très excités de faire partie de l’aventure à leurs côtés ».

Après avoir eu recours à l’intelligence artificielle pour la publication en open data des décisions de justice, la Cour de cassation Read more
Multiverse Computing, un leader de la conception d’applications informatiques quantiques à valeur ajoutée, et MILA, institut de recherche en intelligence Read more
Initiée en 2018, la collaboration entre le groupe Renault et Google s’accélère. Le 8 novembre dernier, le groupe a annoncé Read more
Tech Show Paris, aura lieu les 16-17 novembre 2022 à Paris, Porte de Versailles – Hall 3. L’événement unique qui Read more
Des chercheurs de la St George’s University of London ont utilisé l’algorithme d’analyse d’images rétiniennes QUARTZ (QUantitative Analysis of Retinal Read more
Meta AI et Papers with Code, une équipe autonome au sein de Meta AI Research, ont présenté, le 15 novembre Read more
INTEL annonçait en mai dernier travailler sur une plateforme logicielle de vision par ordinateur : Sonoma Creek. Lors d’Intel Innovation Read more
Organisée par Université Côte d’Azur, la Communauté d’Agglomération de Sophia Antipolis et le Sophia Club Entreprises avec le soutien du Read more
Le 3 novembre dernier, un recours collectif a été déposé devant un tribunal fédéral américain à San Francisco, contre OpenAI, Read more
Monnai, start-up californienne créée il y a tout juste un an, avait réalisé un tour de pré-amorçage fin 2021 auprès Read more