Sélectionner une page
Crypto : Les plateformes d’annonces commencent à faire leur place – Cointribune

Crypto : Les plateformes d’annonces commencent à faire leur place – Cointribune

Crypto : Quand les plateformes d’annonces leur font la place



jeu 29 Sep 2022 ▪ 20h00 ▪
5
min de lecture – par
Paola Same

Les cryptomonnaies ont révolutionné les paiements électroniques. Reléguées de prime abord aux activités d’investissement et de trading, elles s’invitent de plus en plus dans la vie courante. Les cryptos se retrouvent désormais sur les plateformes d’annonces qui sont des lieux d’échanges de biens et de services par excellence.

Les cryptomonnaies séduisent les plateformes annonces
Les paiements en bitcoin : bientôt la norme ?

Plutôt marketplaces ou sites de petites annonces ?

Les plateformes d’annonces peuvent être des sites de petites annonces ou des marketplaces.

  • Sur les sites de petites annonces, vendeurs et acheteurs partagent généralement une proximité géographique. De plus, les transactions sont souvent conclues offline, ce qui leur donne une réputation risquée. On peut citer par exemple le français Leboncoin ou l’américain Craigslist. Ce dernier accepte d’ailleurs des transactions en cryptomonnaies depuis quelques temps.
  • Les marketplaces (ou places de marché en français) agissent comme des opérateurs mettant en relation vendeurs (particuliers ou professionnels) et acheteurs sans exigence de proximité géographique. En outre, les transactions sont effectuées online moyennant des commissions. Les plateformes les plus célèbres sont Amazon, Ebay ou encore Etsy.

Cryptomonnaies : ces amies qui vous veulent du bien

Les activités de commerce sur le Web sont fortement influencées par les innovations technologiques en matière de moyens de paiements. Bien que les cryptomonnaies soient dans une phase de bear market, les avantages qu’elles apportent aux plateformes d’annonces sont indéniables.

En effet, les cryptomonnaies garantissent une plus grande sécurité des opérations et une meilleure confidentialité des données personnelles. En plus de permettre des frais moins élevés, elles sont plus rapides dans l’exécution des transactions. Les cryptos sont susceptibles d’attirer de nouveaux utilisateurs vers ces plateformes, comme par exemple la population non bancarisée.

Les plateformes d’annonces en cryptomonnaies en ont déjà séduit plus d’un. Tout le monde y trouve son compte. Il s’agit entre autres de :

  • Swapnetwork, le généraliste qui offre des biens et services en tous genres
  • Bitify, l’Ebay pour la  vente aux enchères, la vente immédiate en crypto
  • Fromto, le pionnier des biens de seconde main
  • CryptoExchange, le spécialiste des articles de luxe et rares

Les plateformes d’annonces en cryptomonnaies offrent en général un escrow service ou service de dépôt fiduciaire en français. Il constitue une mesure de sécurité pour les acheteurs en mettant leurs cryptos en réserve pour un remboursement éventuel si le bien n’est pas concluant ou pour un paiement si le bien est satisfaisant. Elles ont pour l’heure la particularité commune d’être centralisées.

Les marketplaces décentralisées : le nouveau monde

Ces dernières années, les marketplaces ont gagné en popularité. Elles offrent l’avantage de conclure les transactions en ligne. Décentralisées, elles permettent des transactions sans intermédiaires. Par conséquent, les frais y sont réduits.  

Contrairement aux marketplaces centralisées qui délèguent la gestion fiduciaire aux personnes, le fonctionnement des marketplaces décentralisées est régi par les smart contracts et les escrow contracts. En effet, les smart contracts définissent les règles de fonctionnement de la marketplace. Celles-ci ne peuvent pas être modifiées une fois publiées. Les escrow contracts quant à eux sont un type de smart contracts. Ils régulent les opérations entre vendeurs et acheteurs. Par ailleurs, ils garantissent que les obligations liées au paiement en cryptos sont remplies de part et d’autre.

Ainsi, une marketplace décentralisée est le gage d’une transparence totale. De même, elles apportent plus de sécurité aux transactions car les acheteurs peuvent y trouver l’origine et l’historique des produits vendus.

Le secteur des marketplaces décentralisées est aujourd’hui dominé par une pléthore de plateformes d’une seule catégorie de produits, à savoir les NFT. On peut citer par exemple Opensea, SuperRare ou encore Rarible.  

Peu des plateformes sont également portées sur les biens et les services. Toutefois, la tendance pourrait s’inverser du fait d’une plus grande démocratisation dans l’utilisation des cryptomonnaies, mais aussi avec l’arrivée de nouveaux acteurs comme Syscoin (hybride des blockchains Bitcoin et Ethereum), Origami (basée sur la blockhain Ethereum) ou Metaclass (pionnier des petites annonces liées au metaverse).

Le commerce sur Internet a longtemps été l’apanage de systèmes centralisés avec des moyens de paiements traditionnels. À l’aube du Web3, les cryptomonnaies se présentent comme un véritable enjeu pour les plateformes d’annonces. Il n’est donc pas étonnant de voir la BCE (Banque Centrale Européenne) choisir le géant des marketplaces Amazon comme partenaire en vue de la création d’un Euro numérique.

Recevez un condensé de l’actualité dans le monde des cryptomonnaies en vous abonnant à notre nouveau service de newsletter quotidienne et hebdomadaire pour ne rien manquer de l’essentiel Cointribune !



Paola Same avatar
Paola Same

Professionnelle de la finance, je considère la blockchain comme une véritable révolution grâce à toutes ses innovations qui ont un impact mondial. C’est avec passion que je prends part à cette nouvelle ère numérique à travers mes articles.

DISCLAIMER

Les propos et opinions exprimés dans cet article n’engagent que leur auteur, et ne doivent pas être considérés comme des conseils en investissement. Effectuez vos propres recherches avant toute décision d’investissement.

Ne manquez aucune actu et abonnez-vous à Cointribune sur Google Actualités !

Cointribune Logo
© Copyright Cointribune – tous droits réservés 2022

Analyse Technique Ethereum (ETH) : un nouveau range créé ? – Cointribune

Analyse Technique Ethereum (ETH) : un nouveau range créé ? – Cointribune

Ethereum Range : un nouveau range créé ?



jeu 29 Sep 2022 ▪ 19h00 ▪
4
min de lecture – par
La Rédaction Cointribune

La volatilité sur l’Ethereum (ETH) reste élevée jeudi. Après avoir connu une hausse de 8 % hier, la deuxième plus grande crypto tombe à nouveau. Son prix se rapproche ainsi du support en daily de 1250 $. Mais malgré cette volatilité, il semble que le prix d’Ethereum reste toujours à l’intérieur du range 1410 $ et 1250 $. Une cassure vers le haut de ce range sera peut-être le signal tant attendu pour un bullrun.

ethereum

Ethereum (ETH) : formation d’un range entre 1410 $ et 1250 $

Au début de la journée d’aujourd’hui, l’Ethereum (ETH) a pu dépasser les 1300 $. Mais cela n’a pas duré longtemps puisqu’à l’heure actuelle, cette crypto s’échange à 1290 $. Son cours se rapproche ainsi progressivement du creux d’hier autour de 1250 $. Tout cela donne une image de “ping-pong” sur le graphique. Mais il faut noter que le prix d’Ethereum reste dans le range 1410 $ et 1250 $.

Cette semaine est, en effet, marquée par une forte volatilité puisque l’ETH varie de 10 % en seulement deux jours. Entre lundi et mardi, la deuxième plus grande crypto-monnaie a connu une hausse de 9 %. Puis une baisse de 10 % entre mardi et mercredi. Après cela, les bulls poussent le jeton à un sommet de 1 351 $ plus tôt aujourd’hui.

À la clôture de la session de Londres, l’Ethereum a chuté de 3 %, se rapprochant ainsi du bas du range autour de 1250 $. À noter que ce bas du range est également un support majeur en Daily. En effet, le prix a rebondi sur ce support le 21 septembre, et depuis, le cours d’ETH n’arrive plus à créer un creux plus bas que ce niveau. Puis, le sommet formé mardi (1400 $) n’a pas pu dépasser la résistance autour de 1410 $. C’est pourquoi on pourrait penser qu’il s’agit d’un range nouvellement créé sur l’Ethereum. 

Ethereum Range
Ethereum (ETH) / Dollar ( USD) – source : TradingView

Une figure baissière en H1

Comme montré sur l’image, ci-dessus, on peut apercevoir un ETE (épaule-tête-épaule) se former. Il s’agit d’une figure qui indique une potentielle baisse sur le marché. De plus, la ligne de cou, ou “neckline” a été cassé par la descente d’hier. Ainsi, il s’agit d’un signal baissier assez pertinent. Effectivement, après avoir atteint les 1348 $, le prix d’ETH chute à nouveau, ce qui n’est que le résultat logique de cette figure.

Il se pourrait que cette figure soit une indication que le prix d’Ethereum va casser le range vers le bas. En plus de cela, le niveau du RSI se rapproche de 30 : le territoire de survente.

Pour le moment, la deuxième crypto par capitalisation boursière n’a pas montré sa vraie direction à long terme. La meilleure chose à faire serait d’observer si le prix d’Ethereum casse le range vers le bas, ou vers le haut. Mais si on se base sur cette figure baissière, il est plus probable que cette cryptomonnaie continue son “bearish move”.

Recevez un condensé de l’actualité dans le monde des cryptomonnaies en vous abonnant à notre nouveau service de newsletter quotidienne et hebdomadaire pour ne rien manquer de l’essentiel Cointribune !



La Rédaction Cointribune avatar
La Rédaction Cointribune

L’équipe éditoriale de Cointribune unit ses voix pour s’exprimer sur des thématiques propres aux cryptomonnaies, à l’investissement, au métaverse et aux NFT, tout en s’efforçant de répondre au mieux à vos interrogations.

DISCLAIMER

Les propos et opinions exprimés dans cet article n’engagent que leur auteur, et ne doivent pas être considérés comme des conseils en investissement. Effectuez vos propres recherches avant toute décision d’investissement.

Ne manquez aucune actu et abonnez-vous à Cointribune sur Google Actualités !

Cointribune Logo
© Copyright Cointribune – tous droits réservés 2022

Ateme : RÉSULTATS SEMESTRIELS 2022 – Zonebourse.com

Ateme : RÉSULTATS SEMESTRIELS 2022 – Zonebourse.com

  • HAUSSE DU CHIFFRES D’AFFAIRE DE 38 % AVEC UNE AUGMENTATION DE 32 % DE LA MARGE BRUTE
  • EBITDA[1] DU 1ER ?SEMESTRE POSITIF À 1,3 MILLION D’EUROS
  • PERTE D’EXPLOITATION RÉDUITE À 1,3 MILLION D’EUROS, CONTRE 4,8 MILLIONS D’EUROS AU PREMIER SEMESTRE 2021
  • RESULTAT NET A l’ÉQUILIBRE CONTRE UNE PERTE DE 4,4 MILLIONS D’EUROS AU PREMIER SEMESTRE 2021
  • OBJECTIFS FINANCIERS CONFIRMÉS
Données consolidées (en millions d’euros) S1 2021 S1 2021 S1 2022 Variation
IFRS   après retraitement*   Comparaison 2022/2021 après retraitement
Chiffre d’affaires 32,4 31 42,9 +38,1 %
Marge brute 19,6 18,8 24,9 +32 %
Taux de marge brute (%) 60,4 % 60,6 % 58 % -2,6 pts
Résultat opérationnel -4,7 -4,8 -1,3  
Taux de marge opérationnelle (%) -14,5 % -15,6 % -3 %  
Résultat financier 0,1 0,1 1,2  
Impôts 0,2 0,2 -0,1  
Résultat net part du groupe des activités poursuivies -4,4 -4,5 -0,1  
Résultat net part du groupe -4,4 -4,4 -0,1  
Marge nette -13,5 % -13,5 % -0,3 %  
         
EBITDA1 -2 -2,1 1,3  

(*) Suite à la cession de l’activité « Enterprise », les comptes ont été préparés conformément aux dispositions de la norme IFRS 5 qui traite des activités abandonnées.

Paris, le 29 septembre 2022 – Ateme (ISIN : FR0011992700), spécialiste mondial de la diffusion vidéo, publie ses résultats du 1er semestre 2022. Les comptes clôturés au 30 juin 2022 ont été approuvés par le Conseil d’administration lors de sa réunion du 28 septembre. Les procédures d’examen limité sur les comptes semestriels ont été effectuées. Le rapport d’examen limité sera émis après vérification du rapport semestriel d’activité.

Augmentation significative des revenus au premier semestre

Le chiffre d’affaires du premier semestre s’élève à 42,9 millions d’euros, soit une augmentation significative de 38 % par rapport à l’année précédente à périmètre courant et de 29 % à périmètre et taux de change constants.

Toutes les zones géographiques ont maintenu leur niveau de chiffres d’affaires ou l’ont fait progresser, avec des variations de performance reflétant la transition du modèle économique en cours :

  • Les revenus de la région EMEA sont restés pratiquement stables, en baisse de 1% par rapport à l’année précédente (2% en données comparables). La région a cependant été la plus forte contributrice au revenu mensuel récurrent (MRR).
  • L’Amérique du Nord a affiché une forte croissance, en hausse de 74% et de 58% sur une base comparable. 
  • Les revenus de l’Amérique latine ont augmenté de 14% et de 4% à périmètre et taux de change constants.
  • Les revenus de l’Asie-Pacifique ont progressé de 84% et de 68% à données comparables.

Le revenu mensuel récurrent (MRR)[2] est passé de 1 960 K€ en janvier 2022 à 2 115 K€ en juillet 2022.

Marge brute reflétant l’inflation généralisée et les tensions sur la chaîne d’approvisionnement en semi-conducteurs.

À quelques exceptions près, dont la Chine, la crise sanitaire n’a plus d’impact sur les déplacements et rencontres clients dans leurs locaux et sur les salons professionnels. Néanmoins, les perturbations de l’industrie des semi-conducteurs, résultantes de la Covid-19, sont toujours d’actualité et ont un impact sur les délais de livraison et les marges. Cela se reflète dans la baisse de la marge brute, qui passe de 61 % au premier semestre 2021 à 58 % au premier semestre 2022, et dans l’importance des stocks au bilan, stratégiquement renforcés pour se prémunir des potentiels retards dans les livraisons.

Confirmation des objectifs 2022 de croissance de chiffre d’affaires et d’EBITDA

Depuis l’introduction en bourse en 2014, le chiffre d’affaires du second semestre a toujours dépassé celui du premier semestre d’environ 30 %. Cette saisonnalité établie ne devrait pas changer en 2022. 

En effet, la visibilité sur le second semestre est plus élevée que jamais grâce d’une part, à la hausse du revenu mensuel récurrent et, d’autre part, à un pipeline de ventes stimulé par l’adoption croissante par les clients de la solution de diffusion OTT de bout en bout combinant les lignes de produits Titan et Nea.

Les investissements pour accélérer la feuille de route en matière d’innovation et d’expansion internationale se sont poursuivis tout au long du semestre :

  • Les investissements en R&D du premier semestre ont augmenté de 19% par rapport au premier semestre 2021 (+1,6 million d’euros), à 23,5% du chiffre d’affaires.
  • Les charges de ventes et marketing ont augmenté de 4% au premier semestre par rapport à la même période 2021 (+0,6 million d’euros), représentant 31,3% du chiffre d’affaires.

Ayant dégagé un EBITDA positif au premier semestre (1,3 million d’euros), le Groupe est confiant dans le fait que l’accélération saisonnière des ventes au second semestre lui permettra d’atteindre son objectif annuel de croissance de 15-20% du chiffre d’affaires à périmètre et taux de change constants, avec un EBITDA aux environs de 10 millions d’euros.

L’objectif de 3 millions d’euros de revenu mensuel récurrent en 2024 est également maintenu.

Une édition IBC mémorable

Après deux éditions annulées, l’IBC, le plus grand salon européen de l’industrie a repris en septembre à Amsterdam. Les démonstrations de l’offre combinée Titan et Nea et de la nouvelle offre SaaS Ateme+ ont suscité un vif intérêt de la part des quelques mille clients passés sur le stand. Ateme a également proposé à ses visiteurs une “futur zone”, présentant des startups partenaires dans les domaines du cloud gaming et du metaverse.

À l’occasion de l’IBC, Ateme a tenu la deuxième réunion de son Comité stratégique consultatif afin d’explorer les marchés adjacents sur lesquels la société pourrait se développer en tirant parti de son expertise technologique.

Michel Artières, Président-directeur général d’Ateme, a déclaré : « L’augmentation de 12 millions d’euros du chiffre d’affaires au premier semestre 2022 a dépassé les performances de la concurrence. Elle a représenté le gain de parts de marché le plus rapide d’Ateme depuis l’introduction en bourse en 2014. Le revenu récurrent annuel a également augmenté de 2 millions d’euros. Ateme continue de démontrer la valeur créée par la combinaison de Titan avec la gamme de produits Nea d’Anevia qui se positionne sur le marché comme la solution ultime de diffusion OTT de bout en bout,
améliorant l’expérience des téléspectateurs avec une image haute-qualité et une faible latence, tout en permettant de maitriser les coûts réseau . Nous sommes confiants dans notre capacité à attirer d’autres clients internationaux clés dans les mois à venir et réitérons nos objectifs financiers pour 2022 et au-delà
 ».

Prochain événement :

9 novembre 2022 : chiffre d’affaires du 3ème trimestre 2022

À propos d’Ateme : Ateme est un leader mondial des solutions de compression et de diffusion vidéo aidant les fournisseurs de contenu, les fournisseurs de services et les plates-formes de streaming à augmenter leur audience et l’engagement des abonnés.

Tirant parti d’un groupe de travail R&D unique dans le secteur de la vidéo, les solutions d’Ateme rendent possible des services de télévision durables, améliorent la qualité de l’expérience des utilisateurs finaux, optimisent le coût total d’acquisition des services TV / VOD et génèrent de nouvelles sources de revenus basées sur la personnalisation et l’insertion de publicité. Au-delà de l’agilité technologique, la proposition de valeur d’Ateme est de s’associer à ses clients en leur offrant une grande flexibilité dans les modèles d’engagement et d’affaires correspondant à leurs priorités financières. Une conséquence est un passage rapide aux revenus récurrents,
renforçant la résilience de l’entreprise et créant de la valeur à long terme pour les actionnaires.

Fondée en 1991, Ateme compte 520 employés répartis dans son siège social en France et 20 bureaux dans le monde dont les États-Unis, le Brésil, l’Argentine, le Royaume-Uni, l’Espagne, l’Allemagne, les Émirats Arabes Unis, Singapour, la Chine, la Corée et l’Australie. Ateme est cotée sur le marché Euronext de Paris depuis 2014 et a fait l’acquisition en novembre 2020 d’Anevia, fournisseur de solutions logicielles OTT et IPTV. En 2021, Ateme a servi près de 1 000 clients dans le monde avec un chiffre d’affaires de 79 millions d’euros, dont 93% en dehors de son marché domestique.

Libellé : Ateme – Code ISIN : FR0011992700 – Mnémonique : Ateme – Compartiment : C

Ateme RELATIONS INVESTISSEURS RELATIONS PRESSE
Michel Artières 
Président-directeur général
Anne-Catherine Bonjour
Tél. : +33 (0)1 53 67 36 93
ateme@actus.fr
Amaury Dugast
+33 (0)1 53 67 36 74
adugast@actus.fr

DISCLAIMER

Le présent communiqué de presse ne constitue pas, ni ne fait partie de, ni ne saurait être interprété comme une offre de vente ou une sollicitation en vue d’une offre portant sur l’achat de titres d’Ateme. Par ailleurs, ni le présent communiqué, ni aucune partie de celui-ci, ne doivent servir de fondement ni être utilisés en lien avec un contrat ou un engagement de quelque nature que ce soit concernant les biens, les activités ou les actions d’Ateme.

Toutes les déclarations autres que des faits historiques figurant dans ce document, y compris sans s’y limiter, celles concernant la situation d’Ateme, sa stratégie commerciale, ses plans et objectifs d’activité sont des déclarations prospectives.

Les déclarations prospectives figurent aux présentes à des fins exclusives d’illustration. Elles sont fondées sur les points de vue et hypothèses actuels de la Direction. Ces déclarations prospectives supposent des risques connus et inconnus. Aux seules fins d’illustration, ces risques incluent, sans s’y limiter, l’impact d’événements extérieurs sur les clients et fournisseurs ; les effets de technologies concurrentes, de même que la concurrence d’une manière générale sur les principaux marchés ; la rentabilité de la stratégie d’expansion ; les litiges ; la capacité à établir et conserver des relations stratégiques au sein de grandes entreprises et l’effet des acquisitions et investissements futurs.

Ateme décline expressément toute obligation ou tout engagement de mettre à jour ou réviser les projections, prévisions ou estimations contenues aux présentes afin de refléter tout changement survenu au niveau des événements, conditions, hypothèses ou circonstances sur lesquels reposent ces déclarations, sauf obligation légale. Ce document vous est fourni pour votre seule information et ne peut être reproduit ni diffusé à une autre personne (que ce soit au sein de votre organisation ou à l’extérieur) ni publié, en tout ou partie, à quelque fin que ce soit.


[1] EBITDA = bénéfice avant intérêts, impôts, dépréciations et amortissements. Il désigne le résultat opérationnel courant du Groupe avant que n’y soient exclus, les dotations aux amortissements et les dépréciations d’actifs non courants, ainsi que les paiements en actions du personnel, mais après dépréciation des stocks et des créances commerciales. Il met en évidence le profit généré par l’activité indépendamment des conditions de financement, des contraintes fiscales et du renouvellement de l’outil d’exploitation. Les charges non récurrentes (éléments inhabituels, anormaux et peu fréquents) sont exclues.


[2] Indicateur de performance alternatif, non soumis à l’examen des commissaires aux comptes d’Ateme 



© Copyright Actusnews Wire
Recevez gratuitement par email les prochains communiqués de la société en vous inscrivant sur
www.actusnews.com

© 2022 ActusNews

ATEME : RÉSULTATS SEMESTRIELS 2022 – Boursorama

ATEME : RÉSULTATS SEMESTRIELS 2022 – Boursorama


  • HAUSSE DU CHIFFRES D’AFFAIRE DE 38 % AVEC UNE AUGMENTATION DE 32 % DE LA MARGE BRUTE

  • EBITDA
    [1]
    DU 1ER ?SEMESTRE POSITIF À 1,3 MILLION D’EUROS

  • PERTE D’EXPLOITATION RÉDUITE À 1,3 MILLION D’EUROS, CONTRE 4,8 MILLIONS D’EUROS AU PREMIER SEMESTRE 2021

  • RESULTAT NET A l’ÉQUILIBRE CONTRE UNE PERTE DE 4,4 MILLIONS D’EUROS AU PREMIER SEMESTRE 2021

  • OBJECTIFS FINANCIERS CONFIRMÉS

Données consolidées (en millions d’euros)

S1 2021

S1 2021

S1 2022


Variation


IFRS

après retraitement*


Comparaison 2022/2021 après retraitement


Chiffre d’affaires

32,4

31

42,9


+38,1 %


Marge brute

19,6

18,8

24,9


+32 %


Taux de marge brute (%)

60,4 %

60,6 %

58 %


-2,6 pts


Résultat opérationnel

-4,7

-4,8

-1,3

Taux de marge opérationnelle (%)

-14,5 %

-15,6 %

-3 %
Résultat financier 0,1 0,1 1,2
Impôts 0,2 0,2 -0,1

Résultat net part du groupe des activités poursuivies

-4,4

-4,5

-0,1

Résultat net part du groupe

-4,4

-4,4

-0,1

Marge nette

-13,5 %

-13,5 %

-0,3 %

EBITDA

1


-2

-2,1

1,3

(*) Suite à la cession de l’activité « Enterprise », les comptes ont été préparés conformément aux dispositions de la norme IFRS 5 qui traite des activités abandonnées.



Paris, le 29 septembre 2022

– Ateme (ISIN : FR0011992700), spécialiste mondial de la diffusion vidéo, publie ses résultats du 1

er

semestre 2022. Les comptes clôturés au 30 juin 2022 ont été approuvés par le Conseil d’administration lors de sa réunion du 28 septembre. Les procédures d’examen limité sur les comptes semestriels ont été effectuées. Le rapport d’examen limité sera émis après vérification du rapport semestriel d’activité.



Augmentation significative des revenus au premier semestre

Le chiffre d’affaires du premier semestre s’élève à 42,9 millions d’euros, soit une augmentation significative de 38 % par rapport à l’année précédente à périmètre courant et de 29 % à périmètre et taux de change constants.

Toutes les zones géographiques ont maintenu leur niveau de chiffres d’affaires ou l’ont fait progresser, avec des variations de performance reflétant la transition du modèle économique en cours :

  • Les revenus de la région EMEA sont restés pratiquement stables, en baisse de 1% par rapport à l’année précédente (2% en données comparables). La région a cependant été la plus forte contributrice au revenu mensuel récurrent (MRR).
  • L’Amérique du Nord a affiché une forte croissance, en hausse de 74% et de 58% sur une base comparable.
  • Les revenus de l’Amérique latine ont augmenté de 14% et de 4% à périmètre et taux de change constants.
  • Les revenus de l’Asie-Pacifique ont progressé de 84% et de 68% à données comparables.

Le revenu mensuel récurrent (MRR)

[2]

est passé de 1 960 K€ en janvier 2022 à 2 115 K€ en juillet 2022.



Marge brute reflétant l’inflation généralisée et les tensions sur la chaîne d’approvisionnement en semi-conducteurs.

À quelques exceptions près, dont la Chine, la crise sanitaire n’a plus d’impact sur les déplacements et rencontres clients dans leurs locaux et sur les salons professionnels. Néanmoins, les perturbations de l’industrie des semi-conducteurs, résultantes de la Covid-19, sont toujours d’actualité et ont un impact sur les délais de livraison et les marges. Cela se reflète dans la baisse de la marge brute, qui passe de 61 % au premier semestre 2021 à 58 % au premier semestre 2022, et dans l’importance des stocks au bilan, stratégiquement renforcés pour se prémunir des potentiels retards dans les livraisons.


Confirmation des objectifs 2022 de croissance de chiffre d’affaires et d’EBITDA

Depuis l’introduction en bourse en 2014, le chiffre d’affaires du second semestre a toujours dépassé celui du premier semestre d’environ 30 %. Cette saisonnalité établie ne devrait pas changer en 2022.

En effet, la visibilité sur le second semestre est plus élevée que jamais grâce d’une part, à la hausse du revenu mensuel récurrent et, d’autre part, à un pipeline de ventes stimulé par l’adoption croissante par les clients de la solution de diffusion OTT de bout en bout combinant les lignes de produits Titan et Nea.

Les investissements pour accélérer la feuille de route en matière d’innovation et d’expansion internationale se sont poursuivis tout au long du semestre :

  • Les investissements en R&D du premier semestre ont augmenté de 19% par rapport au premier semestre 2021 (+1,6 million d’euros), à 23,5% du chiffre d’affaires.
  • Les charges de ventes et marketing ont augmenté de 4% au premier semestre par rapport à la même période 2021 (+0,6 million d’euros), représentant 31,3% du chiffre d’affaires.

Ayant dégagé un EBITDA positif au premier semestre (1,3 million d’euros), le Groupe est confiant dans le fait que l’accélération saisonnière des ventes au second semestre lui permettra d’atteindre son objectif annuel de croissance de 15-20% du chiffre d’affaires à périmètre et taux de change constants, avec un EBITDA aux environs de 10 millions d’euros.

L’objectif de 3 millions d’euros de revenu mensuel récurrent en 2024 est également maintenu.



Une édition IBC mémorable

Après deux éditions annulées, l’IBC, le plus grand salon européen de l’industrie a repris en septembre à Amsterdam. Les démonstrations de l’offre combinée Titan et Nea et de la nouvelle offre SaaS Ateme+ ont suscité un vif intérêt de la part des quelques mille clients passés sur le stand. Ateme a également proposé à ses visiteurs une “futur zone”, présentant des startups partenaires dans les domaines du cloud gaming et du metaverse.

À l’occasion de l’IBC, Ateme a tenu la deuxième réunion de son Comité stratégique consultatif afin d’explorer les marchés adjacents sur lesquels la société pourrait se développer en tirant parti de son expertise technologique.



Michel Artières, Président-directeur général d’Ateme, a déclaré

: «

L’augmentation de 12 millions d’euros du chiffre d’affaires au premier semestre 2022 a dépassé les performances de la concurrence. Elle a représenté le gain de parts de marché le plus rapide d’Ateme depuis l’introduction en bourse en 2014. Le revenu récurrent annuel a également augmenté de 2 millions d’euros. Ateme continue de démontrer la valeur créée par la combinaison de Titan avec la gamme de produits Nea d’Anevia qui se positionne sur le marché comme la solution ultime de diffusion OTT de bout en bout,
améliorant l’expérience des téléspectateurs avec une image haute-qualité et une faible latence, tout en permettant de maitriser les coûts réseau . Nous sommes confiants dans notre capacité à attirer d’autres clients internationaux clés dans les mois à venir et réitérons nos objectifs financiers pour 2022 et au-delà

».


Prochain événement :


9 novembre 2022 :

chiffre d’affaires du 3

ème

trimestre 2022



À propos d’Ateme

: Ateme est un leader mondial des solutions de compression et de diffusion vidéo aidant les fournisseurs de contenu, les fournisseurs de services et les plates-formes de streaming à augmenter leur audience et l’engagement des abonnés.

Tirant parti d’un groupe de travail R&D unique dans le secteur de la vidéo, les solutions d’Ateme rendent possible des services de télévision durables, améliorent la qualité de l’expérience des utilisateurs finaux, optimisent le coût total d’acquisition des services TV / VOD et génèrent de nouvelles sources de revenus basées sur la personnalisation et l’insertion de publicité. Au-delà de l’agilité technologique, la proposition de valeur d’Ateme est de s’associer à ses clients en leur offrant une grande flexibilité dans les modèles d’engagement et d’affaires correspondant à leurs priorités financières. Une conséquence est un passage rapide aux revenus récurrents,
renforçant la résilience de l’entreprise et créant de la valeur à long terme pour les actionnaires.

Fondée en 1991, Ateme compte 520 employés répartis dans son siège social en France et 20 bureaux dans le monde dont les États-Unis, le Brésil, l’Argentine, le Royaume-Uni, l’Espagne, l’Allemagne, les Émirats Arabes Unis, Singapour, la Chine, la Corée et l’Australie. Ateme est cotée sur le marché Euronext de Paris depuis 2014 et a fait l’acquisition en novembre 2020 d’Anevia, fournisseur de solutions logicielles OTT et IPTV. En 2021, Ateme a servi près de 1 000 clients dans le monde avec un chiffre d’affaires de 79 millions d’euros, dont 93% en dehors de son marché domestique.

Libellé : Ateme – Code ISIN : FR0011992700 – Mnémonique : Ateme – Compartiment : C


Ateme

RELATIONS INVESTISSEURS

RELATIONS PRESSE
Michel Artières

Président-directeur général
Anne-Catherine Bonjour

Tél. : +33 (0)1 53 67 36 93

ateme@actus.fr
Amaury Dugast

+33 (0)1 53 67 36 74

adugast@actus.fr



DISCLAIMER

Le présent communiqué de presse ne constitue pas, ni ne fait partie de, ni ne saurait être interprété comme une offre de vente ou une sollicitation en vue d’une offre portant sur l’achat de titres d’Ateme. Par ailleurs, ni le présent communiqué, ni aucune partie de celui-ci, ne doivent servir de fondement ni être utilisés en lien avec un contrat ou un engagement de quelque nature que ce soit concernant les biens, les activités ou les actions d’Ateme.

Toutes les déclarations autres que des faits historiques figurant dans ce document, y compris sans s’y limiter, celles concernant la situation d’Ateme, sa stratégie commerciale, ses plans et objectifs d’activité sont des déclarations prospectives.

Les déclarations prospectives figurent aux présentes à des fins exclusives d’illustration. Elles sont fondées sur les points de vue et hypothèses actuels de la Direction. Ces déclarations prospectives supposent des risques connus et inconnus. Aux seules fins d’illustration, ces risques incluent, sans s’y limiter, l’impact d’événements extérieurs sur les clients et fournisseurs ; les effets de technologies concurrentes, de même que la concurrence d’une manière générale sur les principaux marchés ; la rentabilité de la stratégie d’expansion ; les litiges ; la capacité à établir et conserver des relations stratégiques au sein de grandes entreprises et l’effet des acquisitions et investissements futurs.

Ateme décline expressément toute obligation ou tout engagement de mettre à jour ou réviser les projections, prévisions ou estimations contenues aux présentes afin de refléter tout changement survenu au niveau des événements, conditions, hypothèses ou circonstances sur lesquels reposent ces déclarations, sauf obligation légale. Ce document vous est fourni pour votre seule information et ne peut être reproduit ni diffusé à une autre personne (que ce soit au sein de votre organisation ou à l’extérieur) ni publié, en tout ou partie, à quelque fin que ce soit.


[1]

EBITDA = bénéfice avant intérêts, impôts, dépréciations et amortissements. Il désigne le résultat opérationnel courant du Groupe avant que n’y soient exclus, les dotations aux amortissements et les dépréciations d’actifs non courants, ainsi que les paiements en actions du personnel, mais après dépréciation des stocks et des créances commerciales. Il met en évidence le profit généré par l’activité indépendamment des conditions de financement, des contraintes fiscales et du renouvellement de l’outil d’exploitation. Les charges non récurrentes (éléments inhabituels, anormaux et peu fréquents) sont exclues.


[2]

Indicateur de performance alternatif, non soumis à l’examen des commissaires aux comptes d’Ateme



Cette publication dispose du service ” 🔒 Actusnews

SECURITY MASTER

“.



SECURITY MASTER

Key :

xW6alpVvZ2aUyW1qlpxmaGZqZptmxGCZbpWelWqZl8eYm5yUx2hhZ8nKZnBnmWpr


– Pour contrôler cette clé :

https://www.security-master-key.com

.




Information réglementée :


Informations privilégiées :

– Communiqué sur comptes, résultats



Communiqué intégral et original au format PDF :

https://www.actusnews.com/news/76455-290922_rs-2022_vdef.pdf

© Copyright Actusnews Wire

Recevez gratuitement par email les prochains communiqués de la société en vous inscrivant sur

www.actusnews.com

Crypto : Le stablecoin de Lugh (EURL) enfin sur Polygon ! – Cointribune

Crypto : Le stablecoin de Lugh (EURL) enfin sur Polygon ! – Cointribune

Aujourd’hui, la société Lugh a annoncé le lancement réussi de son stablecoin « EURL » sur la solution de mise à l’échelle de couche 2 Polygon. 

lugh-stablecoin-polygon

La société Lugh a lancé en mars 2021 l’EURL, le premier stablecoin français ancré à l’euro, en partenariat avec Coinhouse. Ce dernier est un acteur français de premier plan dans le domaine des investissements en cryptoactifs pour les particuliers et les investisseurs professionnels, dans un espace de confiance développé avec des experts clés tels que la Société Générale.

Alban Vendeuvre, COO de Lugh, a déclaré : « EURL est maintenant implanté sur un réseau extrêmement efficace, qui rend possible un débit élevé de transactions. »

Après 18 mois sur la blockchain Tezos puis Ethereum, Lugh continue d’affirmer sa volonté d’être multichaîne. Avec des frais de gaz extrêmement bas et la compatibilité EVM du réseau Polygon, ce lancement devrait débloquer de nouveaux cas d’usage pour Lugh, comme le paiement sans friction. 

L’écosystème Polygon est l’un des plus importants en matière de DeFi et de NFT avec plus de 37 000 DApps. Ce déploiement permet donc à Lugh de se connecter à la fois à un grand écosystème crypto, mais aussi à des acteurs traditionnels qui transitent vers le Web3.

Lugh réaffirme ainsi sa volonté de construire un stablecoin euro respectueux de l’environnement. Ils sont fiers d’être sur Polygon, une blockchain neutre en carbone qui travaille activement pour atteindre le statut de carbone négatif.

Désormais, chaque client de Lugh pourra acheter des EURL sur Tezos, Ethereum ou Polygon en fonction de ses préférences.

À propos de Lugh

Lugh se positionne comme le premier acteur à émettre un stablecoin ancré à l’euro dans un environnement de confiance. L’EURL est à la disposition des acteurs des secteurs financier et commercial pour leur permettre de créer des cas d’utilisation nouveaux et innovants pour leurs clients. Leur stablecoin est actuellement utilisé pour faciliter le trading sur les exchanges de cryptomonnaies et pour l’achat de NFT.

Recevez un condensé de l’actualité dans le monde des cryptomonnaies en vous abonnant à notre nouveau service de newsletter quotidienne et hebdomadaire pour ne rien manquer de l’essentiel Cointribune !



La Rédaction Cointribune avatar
La Rédaction Cointribune

L’équipe éditoriale de Cointribune unit ses voix pour s’exprimer sur des thématiques propres aux cryptomonnaies, à l’investissement, au métaverse et aux NFT, tout en s’efforçant de répondre au mieux à vos interrogations.

Les Alpes-Maritimes : un territoire connecté à l'intelligence artificielle – Département des Alpes-Maritimes

Les Alpes-Maritimes : un territoire connecté à l'intelligence artificielle – Département des Alpes-Maritimes

smart deal

Senior |

SMART Deal |

Jeune |

Innovation – Numérique |

En visite dans le 06 |

En situation de handicap |

En famille |

En activité

Mis en ligne le

jeudi 29 septembre 2022

Le Département développe sa politique SMART Deal avec les conférences IA Dates sur l’intelligence artificielle.

Image en taille réelle, .JPG 622Ko (fenêtre modale)


© Département06

Mercredi 28 septembre, une conférence IA Dates “Qu’est-ce que le Metaverse ?” s’est tenue à l’Institut Méditerranéen du Risque de l’Environnement et du Développement Durable (IMREDD).

A cette occasion, la définition du Métaverse a été la question centrale de la conférence.

Les IA Dates : un cycle de conférences qui s’inscrit dans le cadre de la politique SMART Deal

Le monde d’aujourd’hui est en pleine transition numérique. Les nouvelles technologies, et en particulier l’Intelligence Artificielle, transforment notre quotidien et nos modes de vie. Le Département des Alpes-Maritimes a souhaité accompagner ses concitoyens dans la compréhension de ce monde nouveau, au travers d’un cycle de conférences et de tables rondes, afin de mettre l’Intelligence Artificielle à la portée du plus grand nombre.

Ces rendez-vous réguliers permettent au grand public de mieux comprendre et connaître les enjeux et perspectives de l’IA dans les domaines qui touchent tout un chacun : santé, mobilité, éthique, territoire…

Le Métaverse un enjeu d’avenir qui pourrait générer jusqu’à 5 000 milliards de dollars d’ici 2030

Le Métaverse est « un monde virtuel, allant au-delà du monde réel ». C’est bien plus qu’un univers digital. C’est un environnement numérique immersif, interactif et persistant. Il offre une méta-interface permettant potentiellement d’interagir non seulement avec des humains mais également avec des actifs réels ou virtuels et des systèmes dans un espace digital partagé à l’aide d’interfaces homme / machine.

Toutefois, les ressources matérielles de calcul et les consommations énergétiques induites par le Métavers conditionnent ses applications qui devront justifier de leur utilité pour perdurer. Ses applications sont nombreuses, tant pour fédérer des citoyens, des acteurs financiers, institutionnels et industriels autour de services et projets divers.

Certains acteurs européens ont déjà franchi le pas dans les secteurs de l’énergie, mais l’éducation, les institutions ou les financiers cherchent à valoriser des projets d’entreprise. La gendarmerie nationale, par exemple, anticipe dès à présent l’émergence des espaces immersifs.

En effet, ces derniers offrent des perspectives particulièrement intéressantes de croissance que ce soit dans le domaine de la simulation, de la formation ou encore du recrutement.

Le mot du Président 

“Depuis 2017, nous avons lancé le SMART Deal pour faire des Alpes-Maritimes un territoire connecté pour le plus grand nombre. Il était important pour moi d’être ce soir aux côtés des acteurs actifs du monde des nouvelles technologies, de l’Intelligence Artificielle, des sciences et du comité d’experts SMART Deal pour parler du phénomène des Métavers et comprendre ses enjeux.

Le Métavers représente une révolution qui ouvre un champ infini d’expérimentations. 

Tout comme pour l’Intelligence Artificielle, je veux nous inscrire dans une démarche d’exploration et de connaissance approfondie, pour en faire ensuite un usage maîtrisé. Je désire installer notre territoire dans une politique dynamique d’innovation. Je souhaite que le Département des Alpes-Maritimes ne reste pas spectateur de cet espace d’innovation et puisse s’en servir à bon escient. C’est pourquoi la mission innovation de notre collectivité a, d’ores et déjà, lancé une étude sur les enjeux du Métavers, pour en appréhender toutes les opportunités.”
– Charles Ange Ginésy, Président du Département des Alpes-Maritimes