Sélectionner une page

Intelligence artificielle

L’Irlande et la France viennent de rejoindre les 24 autres pays de l’UE, la Norvège et le Royaume-Uni, qui ont adhéré à l’initiative européenne « 1+ million de génomes » visant l’interconnexion des bases de données génomiques, lancée en 2018 pour permettre le partage de données sur la santé afin d’améliorer la compréhension, la prévention et le traitement des maladies.

L’initiative « 1+ million de génomes » (1+MG) vise à permettre un accès sécurisé à la génomique et aux données cliniques correspondantes dans toute l’Europe pour une meilleure recherche, des soins de santé personnalisés et l’élaboration de politiques de santé. Elle s’inscrit dans le programme de l’UE pour la transformation numérique de la santé et des soins et est alignée sur les objectifs de l’espace européen des données de santé. L’Irlande et la France venant d’y adhérer, la Pologne est le seul état membre de l’UE à ne pas en faire partie.

Margrethe Vestager, vice-présidente exécutive pour une Europe adaptée à l’ère du numérique, a déclaré :

« L’élargissement de la base de données d’informations précieuses en génétique est essentiel pour améliorer les soins de santé et le bien-être de tous dans l’UE. Et chaque nouveau signataire de l’initiative ” plus de 1 millions de Génomes ” renforce notre position dans le domaine de la recherche en matière de santé »

Que peut apporter la génomique aux citoyens de l’UE?

Les bases de données génomiques contiennent des collectes de données ADN, que les scientifiques et les médecins peuvent utiliser pour faire progresser la recherche en médecine de précision, ainsi que la détection et la prévention des maladies.

La génomique peut conduire à la mise au point de médicaments, de thérapies et d’interventions personnalisés plus ciblées. Elle peut également permettre de meilleurs diagnostics et une utilisation plus efficace des ressources rares. Du cancer aux maladies rares en passant par les neuromaladies et la prévention, la génomique peut  réellement améliorer les conditions de santé des citoyens de l’UE.

La génomique a également le potentiel d’améliorer l’efficacité, l’accessibilité, la durabilité et la résilience des systèmes de santé dans l’Union européenne.

L’UE, acteur mondial de la génomique

La génomique prend de plus en plus d’importance à l’échelle mondiale. L’initiative 1+MG doit être axées sur les citoyens et le bien-être des patients, s’assurer que les normes les plus élevées sont appliquées pour l’utilisation, l’accès et le stockage des données génomiques. Ce projet, des plus grands  de ce genre au monde, contribue principalement à l’établissement de normes mondiales dans ce domaine. La connexion à l’espace européen des données de santé apportera un nouvel élan aux informations susceptibles de bénéficier aux chercheurs, aux professionnels de la santé et à tous les citoyens, à terme.

Quels sont les objectifs des pays signataires?

Depuis leur réunion de lancement le 21 septembre 2018 à Bruxelles, les signataires se réunissent régulièrement au sein de 12 groupes de travail spécialisés où ils formulent des lignes directrices pour la mise en œuvre de l’initiative 1+MG.

Parmi leurs objectifs, on peut citer :

  • veiller à ce que des infrastructures techniques appropriées soient disponibles dans l’ensemble de l’UE, permettant un accès sûr et fédéré aux données génomiques;
  • veiller à ce que les implications éthiques et juridiques de la génomique soient claires et prises en compte;
  • veiller à ce que le grand public et les décideurs des États membres et des pays signataires soient bien informés de la génomique, afin d’assurer leur adoption par les systèmes de santé et leur intégration dans des soins de santé personnalisés.

La feuille de route 1+MG

Les signataires mettent en œuvre l’initiative 1+MG selon une feuille de route en deux étapes détaillant leurs activités selon quatre dimensions: gouvernance, cadre de confiance, infrastructure et données.

La première phase

Au cours de la première phase, le projet Horizon2020 « Au-delà du million de génomes » (B1MG) soutient et coordonne, au niveau opérationnel, la mise en œuvre de la feuille de route en menant à un accord sur la mise en place des infrastructures, des orientations juridiques et techniques, des normes et des exigences en matière de données et les meilleures pratiques pour permettre l’accès aux données.

La seconde phase

Au cours de la deuxième phase, un projet de déploiement financé au titre du programme « Pour une Europe numérique » permettra de mettre en place une infrastructure de données fédérée pour les données génomiques et cliniques dans toute l’Europe, qui permettra un apprentissage distribué pour divers cas d’utilisation, fournira une gouvernance de l’accès aux données et un mécanisme de coordination durable, et contribuera à améliorer l’interopérabilité des données génomiques et cliniques mises à disposition pour l’accès.

Le projet élaborera et mettra également en œuvre une stratégie de communication globale visant à informer les citoyens et à garantir leur confiance. Le lancement du projet de déploiement est prévu pour la fin de 2022, marquant le début de la phase d’expansion et de durabilité de l’initiative.

Génome de l’Europe

Le Génome d’Europe est un projet multi-pays conçu et coordonné avec le soutien de B1MG, rassemblant les pays européens pour construire un réseau européen de haute qualité de cohortes de référence génomiques nationales, représentatives de la population européenne.

Tous les pays concernés produisent par séquençage du génome entier un ensemble de données de référence génomique nationale basée sur leur propre cohorte de population nationale, le tout selon des lignes directrices établies conjointement « 1+MG-proof ». L’ensemble de données de chaque pays constituera une collection de référence nationale unique à part entière. La collecte bénéficiera de stratégies nationales personnalisées en matière de soins de santé et de prévention.

Collectivement, recoupées via l’initiative 1+MG, les collections nationales établiront une ressource européenne de référence de classe mondiale (Le Génome de l’Europe) pour la recherche et l’innovation dans le domaine des soins de santé.

Créée en 2015, l’association Think Smartgrids a pour objectif de développer la filière Réseaux Électriques Intelligents (REI) en France et Read more
La chaire LIAvignon, soutenue par la FrenchTech GrandeProvence, organisera à Avignon Université, le 15 novembre prochain, une conférence-débat en IA Read more
Des chercheurs de l’Université de Californie, Berkeley, proposent une approche axée sur les données de points de contrôle de réseaux Read more
Damo Academy, l’institut de recherche interne d’Alibaba Group, a annoncé le lancement d’un laboratoire commun avec l’Université des sciences et Read more
Convaincre les jeunes filles intéressées par les mathématiques et l’informatique qu’elles sont capables de poursuivre des études scientifiques, lutter contre Read more
Les stratégies de l’IA sont au cœur de la recherche d’Aurélien Garivier, professeur à l’Ecole Normale Supérieure de Lyon, membre de Read more
Les langues humaines sont d’une grande complexité (vocabulaire, grammaire, synthaxe…), les linguistes pensaient qu’aucune machine ne serait capable d’analyser les Read more
« Comment les mathématiques françaises peuvent-elles participer à la résolution des grands défis de demain? » est la thématique des Read more
Depuis le 19 novembre dernier, les visiteurs du Museum of Modern Art (MoMA) de New York peuvent découvrir l’exposition de Read more
Les données synthétiques intéressent de plus en plus de secteurs notamment pour faire face à l’insuffisance de données d’entraînement mais posent Read more