Sélectionner une page

Une nouvelle utilisation d’un robot-chien fait le buzz sur les réseaux sociaux. Dans une vidéo postée par un entrepreneur russe, l’appareil est équipé d’un fusil d’assaut et se déplace dans un champ de tir en ouvrant le feu sur des cibles.

Les robots-chiens, dont le fameux Spot de Boston Dynamics, n’ont de cesse de nous démontrer leur incroyable agilité et polyvalence. Toutefois, certains usages font froid dans le dosdos. La population de New York avait été très critique de voir Spot assister la police. Mais le plus inquiétant jusqu’à présent est Spur, une version développée par Ghost Robotics pour un usage militaire et équipé d’un fusil d’assaut.

Ce dernier semble avoir donné des idées à d’autres, puisqu’une vidéo d’un nouveau robot-chien équipé d’un fusil d’assaut fait le tour des réseaux sociaux. Postée en mars sur YouTube, la nouvelle est passée inaperçue jusqu’à ce qu’elle soit partagée sur Twitter. Le robot appartient à Alexander Atamanov, un entrepreneur russe et fondateur de l’entreprise Hoversurf basée en Californie.

Le robot-chien équipé d’un fusil d’assaut tire sur des cibles. © Alexander Atamanov, YouTube

Une copie de Spot qui gère mal le recul

Malgré la ressemblance frappante, ce n’est pas Spot de Boston Dynamics. C’est une des nombreuses copies. Tout porteporte à croire qu’il s’agit du Go1 de Unitree, vendu entre 3.000 et 4.000 euros sur AliExpress. Soit un vingtième du prix de Spot, qui coûte 74.500 dollars. Dans la vidéo, le robot semble être capable d’encaisser le recul des tirs isolés, à condition de les espacer d’une seconde ou deux. Toutefois, les tirs en rafale sont plus compliqués. L’appareil bascule en arrière et doit se repositionner à chaque fois.

Ce ne sera sans doute pas le dernier robot de ce type à être équipé d’une arme. En juin, un utilisateur du réseau social Weibo a partagé des photos et une vidéo montrant les militaires chinois s’entraîner avec un robot-chien. La publication contient également deux images où le robot porte un fusil d’assaut et un lance-grenades. Reste à voir si ce genre de robot sera piloté à distance, ou si au contraire nous avançons vers un monde dystopique où les armes seront contrôlées par une intelligence artificielle.